juillet 24, 2021
assurance pret immobilier

Quelle assurance choisir pour un prêt immobilier ?

Pour l’achat d’un bien immobilier en France, il est courant de passer par une banque pour obtenir un emprunt. La souscription à une assurance emprunteur, même si elle n’est pas obligatoire, est fortement recommandée par les établissements de crédits sinon ces derniers ne financeront pas d’emprunt immobilier.

Qu’est-ce qu’une assurance pour un prêt immobilier ?

Connu sous le nom d’assurance prêt, assurance crédit et assurance emprunteur, l’assurance d’un prêt immobilier permet de protéger l’emprunteur. Cette assurance couvre le remboursement des échéances du prêt immobilier s’il y a des impayés. Bien évidemment, la durée d’un contrat d’une assurance de prêt immobilier est identique à la durée du contrat d’emprunt. Le fonctionnement de l’assurance prêt est simple, elle protège la banque en cas de problème pour le non-paiement de son client. C’est-à-dire que l’assurance continue le remboursement intégral du capital et des intérêts ou prends en charge une partie des mensualités en fonction du problème de son client.

De nombreux établissements d’assurances proposent aux emprunteurs des services concernant l’assurance crédit immobilier. Pour l’assuré, cette solution est fortement recommandée par les banques, car c’est un vrai gage de sécurité. Il évite les potentiels surendettements ou les saisies de justices en cas de non-possibilité de paiement des échéances. Le cycle du remboursement peut être perturbé par de nombreux et divers risques. C’est pourquoi les établissements de crédits, contrôlés par la Banque de France, exigent une assurance de prêt immobilier pour se couvrir de ces risques qui sont également intitulés dans les garanties sur un contrat d’assurance emprunteur :

  • Le décès de l’emprunteur ;
  • Une perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA) ;
  • Un accident qui entraîne une invalidité permanente et totale (IPT) ;
  • Un accident qui entraîne une invalidité partielle (IPP) ;
  • Une incapacité temporaire et totale de travail (ITT) ;
  • La perte d’un emploi.

Assurer un prêt en dehors de l’établissement de crédit, c’est possible

En France, grâce à la loi Lagarde, l’acheteur immobilier peut souscrire à une assurance dite “externe” de celle proposée par la banque. Dans le cas d’un refus d’assurance proposé par le banquier au profit d’une assurance externe, la banque n’a aucun droit d’augmentation du taux d’intérêt ni même de modification des conditions d’emprunt déjà négociées. Les avantages de l’assurance hors banque, pour le consommateur, sont nombreux :

  • Faire jouer la concurrence : en comparant les offres, les futurs propriétaires peuvent accéder aux meilleures couvertures à un prix plus avantageux ;
  • Faire baisser les cotisations : sans le paiement de la marge de l’établissement de crédit et en faisant jouer la concurrence, les cotisations sont réduites de 50 % en moyenne. Tout en étant bien couvert par l’assurance ;
  • Le choix des garanties : en passant par une assurance externe de la banque, l’emprunteur a le choix de meilleures garanties que celles proposées par les établissements bancaires ;
  • La loi Hamon : avec cette loi, entrée en vigueur en 2015, les assurés peuvent changer d’assurance au bout d’un an de contrat.

Le coût d’une assurance crédit immobilier

Le prix des assurances emprunteurs varie, même avec des garanties et des profils équivalents. Il est donc important de comparer le taux annuel effectif de l’assurance (TAEA). En moyenne, en choisissant une assurance externe, les emprunteurs peuvent diviser leurs cotisations par deux. Mais il faut faire attention, prendre une assurance chez un assureur externe pour les personnes qui sont considérées à risque peut s’avérer plus coûteux qu’une assurance proposée par un établissement de crédit. Ce type d’assurance chez une banque est basé sur le principe de mutualité, donc tout le monde paie la même cotisation, sans considération du profil à risque. Le coût final d’une assurance pour un prêt immobilier dépend de plusieurs facteurs :

  • L‘âge de l’emprunteur : plus il est âgé, plus l’assuré est considéré comme étant à risque ;
  • La santé de l’emprunteur : plus les risques de maladies sont élevés, notamment s’il existe des antécédents, plus les primes seront importantes ;
  • Le nombre de garanties choisies : plus il y a de garanties qui ont été souscrites, plus le coût final de l’assurance sera élevé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *