septembre 24, 2021
comptabilité calculatrice bilan comptable

Bilan comptable : qu’est-ce qu’une immobilisation corporelle ?

La comptabilité est un domaine qui peut faire peur à de nombreuses personnes. Pourtant, cette activité est très enrichissante et permet la bonne gestion des entreprises. Il se peut que les termes empruntés en comptabilité soient difficiles, mais le champ lexical du domaine de la juridiction l’est encore plus.

La définition d’une immobilisation corporelle

Dans la comptabilité, il existe deux types d’immobilisations. Le premier correspond aux immobilisations corporelles et le deuxième correspond aux immobilisations incorporelles. De cette manière, les immobilisations corporelles sont définies comme étant des actifs physiques qui entrent dans la partie des actifs lors du bilan d’une entreprise. Le terme d’actif physique désigne la possession d’un bien qui est palpable, autrement dit, qui existe physiquement et qui n’est pas dématérialisé.

Ainsi, la comptabilité utilise le terme d’une immobilisation pour désigner l’acquisition d’un actif par une société. L’actif détenu par l’entreprise apparaît dans son patrimoine. De cette façon, il est comptabilisé dans les actifs de l’entreprise et possède une valeur positive. Cette acquisition doit être réservée exclusivement à l’activité de la société et son coût doit être échelonné sur plusieurs années. Cet échelonnement du prix de l’immobilisation est désigné par un terme comptable : l’amortissement.

Pour qu’un investissement soit considéré comme une immobilisation, il doit être identifiable et présenter une valeur économique positive. De plus, l’investissement doit être effectué dans le but d’apporter des avantages économiques à l’entreprise. Sa durée d’utilisation, avant une potentielle revente, doit dépasser la période d’un exercice comptable, c’est-à-dire douze mois.

Quel est le rôle d’une immobilisation incorporelle ?

L’immobilisation corporelle est bien souvent confondue avec l’immobilisation incorporelle. Pourtant, il est très facile de distinguer ces deux notions comptables. En effet, l’immobilisation corporelle est un actif palpable, tandis que l’immobilisation incorporelle est un actif non financier et non physique. Pour être plus précis, l’immobilisation incorporelle ne peut pas être palpable physiquement. C’est un actif que l’on pourrait considérer comme dématérialisé. À titre d’exemple, les immobilisations incorporelles sont regroupées dans des actifs comme les brevets, les marques, les bases de données client, les logiciels, etc.

Les immobilisations corporelles trop souvent confondues

Maintenant que l’immobilisation corporelle est bien définie, il est important de parler des autres points liés au bilan comptable d’une société. En effet, les charges de l’entreprise sont souvent confondues avec les immobilisations. Pourtant, les charges d’une entreprise se définissent comme étant des biens consommables, dès leur première utilisation, qui n’apportent pas d’avantages économiques supplémentaires. Ainsi, les charges d’une entreprise sont représentées par l’achat de café, l’essence, les frais de logistique, etc.

L’immobilisation corporelle est également confondue avec l’immobilisation financière. Cette dernière peut être définie comme étant un actif financier d’utilisation durable et détenu par une société. Ces immobilisations financières se présentent sous la forme de titres de participations liés aux actions, des droits de créance, des prêts accordés à des associés, etc.

Quelques exemples concrets d’immobilisations corporelles

Ces immobilisations corporelles font partie des actifs physiques de l’entreprise. Ils sont destinés à être utilisés, cours de l’année comptable, dans le cadre de l’activité. Ils peuvent être loués à des personnes extérieures de l’entreprise, comme des clients ou des tiers. Ainsi, il est possible de retrouver neuf catégories d’immobilisations corporelles dans une entreprise. Il se peut qu’il y en ait plusieurs autres, mais ceux-ci se classifient dans la rubrique des “autres immobilisations corporelles” sur le plan comptable.

  • Les bâtiments et autres constructions ;
  • Les terrains ;
  • L‘outillage industriel, comme les machines de production à la chaîne ;
  • Le matériel et outils informatiques, comme les ordinateurs et les serveurs ;
  • Le mobilier d’entreprise, comme les bureaux et autres mobiliers de rangement ;
  • Le matériel de transport, comme les voitures et les GPS ;
  • Le matériel de bureau, comme les agrafeuses et les classeurs ;
  • Les aménagements des locaux, comme les objets décoratifs ;
  • Les installations techniques, comme la climatisation ou les conduits de gaz.

Comptabiliser le montant d’une immobilisation corporelle

La comptabilisation d’une immobilisation corporelle doit être scrupuleusement réalisée. En effet, il faut posséder les principales informations de l’actif. Cela se traduit par le prix d’achat, le coût lié à son installation, le coût lié à sa mise en service, etc. Une immobilisation corporelle ne peut être comptabilisée à condition de lui attribuer un coût, défini précisément. L’acquisition d’une immobilisation corporelle doit être réalisée pour recevoir un retour sur investissement positif. Améliorant ainsi l’économie future de l’entreprise. Par la suite, le bien possédé peut être enregistré dans la partie des actifs du bilan comptable.

Son coût total d’acquisition inclut les frais d’installation, le prix d’achat, les coûts d’emprunt, etc. Il faut savoir que l’acquisition d’une immobilisation corporelle est soumise à la TVA déductible. Par contre, si l’actif a été produit par l’entreprise, alors l’immobilisation est liée à la production immobilisée sur le plan comptable. Il est important que cette acquisition présente des avantages économiques pour procéder à son amortissement sur plusieurs années. De la sorte, son coût d’acquisition pourra être étalé sur la durée prévisionnelle d’utilisation, s’il s’agit d’une machine industrielle, par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *